Monitorage sur le tabac

Logo_Pusteblume

 

Vue d’ensemble et retrospective

Le 16 août 1995, sur la base des recommandations de l’OMS, de l’Union européenne et de la Commission fédérale pour la prévention du tabagisme1, le Conseil fédéral a adopté  un programme de mesures pour les années 1996 à 1999 portant sur la réduction des effets nuisibles de la consommation de tabac sur la santé (Bundesamt für Gesundheit, 1996)2. Ce programme s’est concentré en priorité sur plusieurs points : le renforcement de la prévention primaire, la mise en place de mesures de protection des non-fumeurs ainsi que la promotion et le soutien de la désaccoutumance au tabac.

Le recensement continu des habitudes des consommateurs de tabac a servi de base décisionnelle pour l’exécution de ces mesures ; en effet, l’étude de faisabilite "Indicateurs de la consommation de tabac en Suisse" (Krebs & Demarmels, 1998)3 a démontré que les sondages périodiques disponibles à l’époque sur la consommation de tabac en Suisse ne satisfaisaient plus aux exigences d’un monitorage efficace. Un recensement continu s’imposait, accompagné d’un échantillonnage de taille suffisante, d’un questionnaire soigneusement adapté, de possibilités d’extension flexibles ainsi que d’un traitement et d’une communication rapides des données collectées (ebd.).

En novembre 2000, l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) a mandaté le département de psychologie sociale et de la santé de l’Institut de psychologie de l’Université de Zurich ainsi que le bureau d’études et de communication « Hans Krebs, Kommunikation und Publikumsforschung, Zurich », pour qu’ils développent et mettent en application un système modulaire de recherche (Monitorage sur le tabac en Suisse). Celui-ci recense de manière permanente et représentative la consommation de tabac chez les personnes domiciliées en Suisse. Parallèlement, le Programme national 2001-2005 pour la prévention du tabagisme, qui comprenait douze objectifs, a été élaboré par l’OFSP. Il a pris en compte les expériences découlant du train de mesures susmentionné (BAG, 2001)4. En 2005, le Conseil fédéral a décidé de prolonger la durée du programme existant jusqu’à fin 2007 et de développer par ailleurs un nouveau programme sur plusieurs années (BAG, 2005)5: la stratégie nationale de prévention du tabagisme 2008-2012. Chacun de ses divers axes stratégiques comporte un objectif spécifique (p.ex., la diminution du taux de fumeurs, la protection contre le tabagisme passif ou la réglementation des produits du tabac).

 

1 anciennement dénommée « Commission fédérale pour les problèmes liés au tabac ».

2 Bundesamt für Gesundheit (1996). Massnahmenpaket zur Verminderung der gesundheitsschädigenden Auswirkungen des Tabakkonsums. Bern: BAG, Facheinheit Sucht und Aids.

3 Krebs, H. & Demarmels, B. (1998). Indikatoren für den Tabakkonsum in der Schweiz. Machbarkeitsstudie im Auftrag des Bundesamtes für Gesundheit.

4 Bundesamt für Gesundheit (2001). Nationales Programm zur Tabakprävention 2001-2005. Bern: BAG.

5 Bundesamt für Gesundheit (2005). Nationales Tabakpräventionsprogramm verlängert (Bulletin 32/05, S. 569). Bern: BAG.

 


Monitorage sur le tabac – Enquête suisse sur le tabagisme. Développement et mis en application sur mandat de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP). Financé par le Fonds de prévention du tabagisme. Copyright © 2007 Monitorage sur le tabac. Tous droits réservé.